10 Questions phares autour des lieux d’exposition en France, Jean-Marc Bourgeois nous éclaire :

Toujours dans le but de mieux servir les Artistes, j’ai décidé de faire le point sur les problèmes majeurs rencontrés par nos créateurs (amateurs et professionnels) pour exposer leurs oeuvres. A ce titre, Jean-Marc Bourgeois, vice président de la « Maison des Artistes » (MDA) s’est prêté au jeu de l’interview pour répondre de manière simple, officielle et amicale à quelques-unes des questions que vous êtes nombreux(ses) à poser dans le cadre des lieux et moyens d’exposition :

1-Bonjour Jean-Marc Bourgeois, en plus du peintre plasticien professionnel que vous êtes depuis 1987, vous êtes vice-président et administrateur de La Maison des Artistes. A ce titre j’aurais aimé connaître votre position sur le problème majeur que rencontre la majorité des artistes d’aujourd’hui pour exposer leurs oeuvres, à savoir : qu’il est dur de trouver un lieu digne de ce nom !?

Bonjour Monsieur Denecker. Vous abordez là un sujet récurrent chez les artistes auteurs. Si pour beaucoup il est difficile d’intégrer les galeries d’art, les vraies, et ainsi, un lieu adapté et un marché potentiel de clients captés par le dynamisme et la personnalité du ou de la galeriste, il existe d’autres lieux d’expositions tout à fait « digne de ce nom » comme vous l’exprimez. Tout d’abord, en parallèle des galeries privées, les galeries municipales ou de certaines collectivités territoriales ; puis les salons traditionnels, les foires d’art, les espaces éphémères, etc., qu’ils soient nationaux, régionaux ou locaux (soutenus ou pas par la collectivité), certains ont une organisation responsable et efficace, et, proposent un véritable espace d’exposition adapté techniquement à présenter les oeuvres les plus diverses. Devant l’afflux de lieux d’expositions des plus divers et en l’absence de toute réglementation en la matière, c’est à nous artistes auteurs professionnels de faire le tri et d’exiger des conditions de présentation adéquates, en résumé des conditions de travail correctes comme tout professionnel est en droit d’attendre pour exercer. Mais la question est double : quels lieux ? et pour qui ?. Trop de lieux aujourd’hui, en particulier publics ou soutenus, tout à fait adaptés à l’exposition font la part belle aux artistes non déclarés, alors que ces espaces devraient être réservés avant tout aux professionnels et à ceux qui s’y engagent. En créant Funiculart, site dédié aux artistes auteurs des Régions Nord-Pas de Calais et Picardie, vous participerez et tous participeront à établir une réelle transparence à ce niveau et à l’élaboration de critères de conditions d’expositions.

2- Pour lutter contre tous ces loueurs de cymaises, ces fausses galeries, ces fausses revues d’Art, tous ces arnaqueurs qui « travaillent » sur le dos des Artistes : quelle bataille mène la Maison des Artistes pour les stopper ?

Avant tout, la bataille à mener pour La Maison des Artistes est celle de l’information aux artistes auteurs vis à vis de toutes ces propositions mirobolantes et parfois très limites. C’est la loi du marché de l’offre et de la demande et nous ne pouvons que très difficilement les empêcher de se multiplier. Comme dans d’autres professions, il y a des gens honnêtes et des gens malhonnêtes qui gravitent autour du monde des artistes auteurs. La meilleure défense, c’est l’information et la prévention auprès des artistes auteurs, c’est pourquoi, elles sont essentielles dans les missions de La Maison des Artistes. Un artiste auteur professionnel est un indépendant qui a toute liberté de répondre à toute offre qui se présente à lui. Il n’appartient pas à La Maison des Artistes de l’en empêcher mais de le prévenir des risques qu’ils encourent. Plus le nombre d’artistes auteurs informés est important, plus l’information circule, en particulier sur les forums professionnels dédiés. C’est une défense des plus efficaces. Mais, chaque artiste auteur ayant sa vision de la gestion de son activité professionnelle, il est parfois bien difficile de faire la part des choses dans la jungle des griefs contre telle ou telle structure ou personne. Dès lors que les plaintes et griefs sont assez nombreux et que les faits sont avérés, La Maison des Artistes peut intervenir auprès de la structure incriminée et contre ses agissements.

3- Qui peut prétendre ouvrir et gérer un espace d’exposition aujourd’hui : faut-il un diplôme, un cursus spécial ?

Toute personne en droit de faire du commerce, car il s’agit d’un commerce, certes en biens culturels, mais d’un commerce avec toute les obligations que cela implique, peut ouvrir et gérer un espace, un lieu d’exposition. La différence et le professionnalisme se détermine par plusieurs critères. Certes, si un diplôme en histoire de l’art, en management culturel (pour employer un terme à la mode) ainsi qu’une bonne connaissance de la gestion d’un commerce d’art (obligations sociales, fiscales, TVA, etc.) peuvent fortement aider à comprendre l’oeuvre d’un artiste auteur, à le conseiller et à le faire connaître, la personnalité du « maître » des lieux est primordiale tant dans la relation avec l’artiste auteur qu’avec la clientèle. Car c’est bien souvent beaucoup plus qu’une simple relation commerciale de part et d’autre, c’est un échange, le suivi d’un parcours et d’un engagement artistique ou d’une collection d’art qui s’étoffe et s’enrichie.

4- Donc encore une fois le métier de galeriste ne s’improvise pas, il relève d’une réel connaissance du milieu de l’Art contemporain, des artistes et d’un engagement sans faille, bref : d’une passion ! Pour faire simple, Monsieur X veut ouvrir une galerie à Lille, que doit-il faire pour se mettre en règle avec la loi ?

En effet, comme je vous l’exprime dans ma précédente réponse, le métier de galeriste ne s’improvise pas, il se vit. Ouvrir une galerie, c’est en regard des obligations légales ouvrir un commerce. Par conséquent, la première démarche à effectuer est de s’adresser à la Chambre de Commerce dont dépend le lieu choisi afin de s’informer sur les démarches à accomplir (déclaration d’activité au RCS, déclaration URSSAF, etc.). C’est également être en règle vis à vis des artistes auteurs en se recensant comme diffuseur auprès des Services de Sécurité Sociale de La Maison des Artistes et faire en sorte que « ses » artistes le soient en les informant de leurs obligations. Nous avons pour cela réalisé une fiche des obligations légales des artistes auteurs et de leurs diffuseurs.

5- Une galerie ou une exposition a t-elle le droit de présenter (d’exhiber) des Artistes non déclarés, même si ces derniers ne vendent pas leurs oeuvres ?

Le régime des artistes auteurs d’oeuvres graphiques et plastiques étant un régime sociale et fiscal déclaratif obligatoire au premier euro perçu, tant qu’un artiste auteur n’a pas retiré de revenus de la vente d’une de ses oeuvres, il ne peut s’identifier en sécurité sociale et se déclarer en fiscal en tant que professionnel. Par conséquent, tout lieu d’expositions peut présenter un artiste auteur qui ne fait pas acte de vente de ses oeuvres. C’est aux responsables de ces lieux de savoir s’ils souhaitent ou non présenter les oeuvres d’artistes auteurs professionnels et en attente de le devenir, ou, de se « restreindre » à des artistes non vendeurs donc non déclarés qui demeurent des artistes dits « amateurs ou de loisirs ». C’est un question d’engagement de part et d’autre.

6- J’organise une exposition annuelle où j’invite divers artistes professionnels. Si je ne prends aucune commission sur les ventes ni tarifs d’inscriptions : dois-je me déclarer ?

Au niveau du régime de sécurité sociale des artistes auteurs, toute structure ou personne qui organise une exposition-vente mais qui ne prend pas de commission sur les ventes n’est pas considérée comme diffuseur et par conséquent n’a pas à se déclarer en tant que tel auprès des Services de Sécurité Sociale de La Maison des Artistes.

7- Et si mon exposition est à but caritatif (exemple pour le téléthon) dois-je la déclarer comme une expo normale ?

Toute structure ou toute personne qui perçoit une commission sur les ventes d’oeuvres même si cette exposition-vente est à titre caritatif ou social, est considérée comme diffuseur. A ce titre, elle doit se recenser en tant que tel auprès des Services de Sécurité Sociale de La Maison des Artistes et s’acquitter de la cotisation diffuseur de 1,1% sur la commission brute prélevée ou de la rémunération brute versée à l’artiste.

8- Quels sont les recours dont dispose un artiste qui a subit les méfaits d’un organisateur ou d’un galeriste peu scrupuleux ?

Les situations étant souvent fort différentes les unes des autres, lorsqu’un artiste auteur professionnel s’estime victime des méfaits d’un organisateur d’expositions-ventes ou d’un galeriste, nous lui conseillons de prendre rdv avec le conseil juridique de La Maison des Artistes qui ainsi pourra lui indiquer la ou les démarches à accomplir, voire si la situation le demande et si l’artiste auteur l’accepte lui apporter son concours. En règle générale, il vaut mieux souvent quelques courriers et rappels bien « sentis » que de se lancer dans une démarche juridique qui peut s’avérer longue et coûteuse.

9- Ai-je le droit d’inviter au sein de mon atelier un autre artiste pour exposer sur une période donnée ? doit-on considérer cela comme une exposition ?

Si l’artiste auteur invité(e) présente ses oeuvres à un public, c’est une exposition. Si en plus, il vend ses oeuvres, c’est une exposition-vente. Dès lors soit il ou elle est déjà identifié(e) en social et en fiscal comme professionnel soit il ou elle se conformera aux obligations légales à l’issue de sa première vente. Si en tant qu’artiste auteur invitant vous percevez un pourcentage sur la vente de ses oeuvres, vous êtes alors considéré comme diffuseur.

10- Quel conseil(s) donneriez-vous à un artiste pour repérer un bon lieu d’exposition ? Quels sont les fondamentaux en la matière ?

La question est complexe tant les critères à ce sujet des uns ou des autres sont différents selon leur engagement. Avant tout, l’artiste auteur professionnel ou en passe de le devenir doit se poser des questions basiques pour toute structure ou personne lui faisant proposition d’exposition :

– qui sont les organisateurs ? (vérifier leur « pedigree »),

– le lieu d’exposition est-il réservé aux artistes auteurs professionnels ?,

– l’information des obligations sociales et fiscales est-elle indiquée dans les documents de présentation ou dans les formulaires à remplir (contrat, fiche d’inscription, etc.),

– quelles sont les conditions de participations ? (droit d’accrochage, adhésion à la structure organisatrice, commission sur ventes, transport des oeuvres, assurances des oeuvres, conditions du vernissage, etc.),

– le lieu est-il adapté techniquement à recevoir une exposition ? (configuration du lieu, système d’accrochage, système d’éclairage, circulation du public, etc.),

– qui réalise l’accrochage des oeuvres ? (plan d’accrochage),

– l’emplacement du lieu est-il propice à drainer le public ? (fléchage, communication de la manifestation, etc.),

– communication de l’exposition (affiches (où?-quand?-comment?), invitations (qui?- pourquoi?)

– présence de l’artiste ou non sur le lieu d’exposition ? (frais de déplacement, frais d’hébergement et de restauration),

– y-a-t-il des suites prévues à cette exposition et quelles sont-elles ?

Toutes ou parties de ces questions (non exhaustives) qui doivent avoir suite de la part du ou des responsables de l’exposition dans les documents fournis ou en réponse à l’artiste auteur doivent lui permettre de se faire un jugement sur le bien fondé et sur l’intérêt professionnel ou non de sa participation.

11- Merci Jean-Marc Bourgeois pour vos lumières et votre collaboration, je pense qu’on y voit maintenant plus clair, néanmoins proposons à ceux qui veulent pousser le débat de vous contacter…

La Maison des Artistes est à votre écoute et soutien l’action des bonnes volontés comme la vôtre à faire passer son message. Le site de La Maison des Artistes www.lamaisondesartistes.fr est à la disposition de tous pour de plus amples informations, ainsi que notre adresse e-mail : contact@lamaisondesartistes.fr

Nos correspondants régionaux pour les régions Nord Pas-de-Calais et Picardie sont également à votre disposition pour tout échange et toute collaboration qui viserait à dynamiser le tissu artistique de vos territoires dans les arts visuels. En effet, les artistes auteurs du Nord-Pas de Calais et de la Picardie sont des acteurs essentiels de leur région respective, c’est pourquoi nous souhaitons que Funiculart, site Internet à leur service dans leur quête de lieux d’expositions « dignes de ce nom » s’intègrent pleinement dans le paysage culturel et qu’il soit un exemple par la volonté de chacun de la défense des intérêts professionnels de nos activités artistiques.

Jean-Marc Bourgeois pour La Maison des Artistes.

YTo4OntzOjk6IndpZGdldF9pZCI7czoyMDoid3lzaWphLW5sLTEzNjEzNzMzNTgiO3M6NToibGlzdHMiO2E6MTp7aTowO3M6MToiMSI7fXM6MTA6Imxpc3RzX25hbWUiO2E6MTp7aToxO3M6MTE6IkZ1bmljdWxhcnQgIjt9czoxMjoiYXV0b3JlZ2lzdGVyIjtzOjE3OiJub3RfYXV0b19yZWdpc3RlciI7czoxMjoibGFiZWxzd2l0aGluIjtzOjEzOiJsYWJlbHNfd2l0aGluIjtzOjY6InN1Ym1pdCI7czoxMzoiSmUgbSdhYm9ubmUgISI7czo3OiJzdWNjZXNzIjtzOjIyOiJWb3VzIMOqdGVzIGFib25uw6koZSkhIjtzOjEyOiJjdXN0b21maWVsZHMiO2E6MTp7czo1OiJlbWFpbCI7YToxOntzOjU6ImxhYmVsIjtzOjU6IkVtYWlsIjt9fX0=

4 commentaires

  1. Bonjour,

    Je ne suis pas convaincu par le discours de ce monsieur de la MDA.

    J’y suis inscrit. Elle ne m’a été d’aucun conseil… Et puis on n’a pas besoin d’être épaulé pour juger si un lieu d’exposition nous convient ou pas !… Nous sommes capables de juger si les conditions sont acceptables.
    Je pense que pour la MDA, un bon lieu d’expo est un lieu qui lui rapporte de l’argent…

    Par contre, nous avons besoin de connaître les possibilités qui nous sont offertes d’exposer !
    D’ou l’utilité d’un site comme funiculart ! (Merci Jean-Marc)

    La MDA soutient … OK … Mais pourquoi n’est elle pas à l’origine de ce type de démarche ?

    Que fait la MDA pour les artistes ?

    Si quelqu’un a la réponse …

  2. Ils sont trop nombreux les lieux qui simplement ne respectent pas l’artiste. par exemple : pas de système d’accrochage, pas de place, pas de lumières, pas de pub, mauvais accueil et non respect du matériel exposé. par contre quand il s’agit de prendre des com sur les ventes, faut pas attendre.. je ne viens pas ici citer des noms mais en tout cas ce site a pour mérite de référencer les plus honnêtes d’entre-eux, ça fait du bien.
    l’artiste est la matière première, il ne faut pas l’oublier. Merci pour cette intervention monsieur Bourgeois.

  3. Bravo et grand merci à toi Jean-Marc et à ton Funiculart pour ce « questions-réponses » avec la MDA !
    Qu’on se le dise : tu fais vraiment tout pour aider tous les artistes (amateurs et pros).
    Je diffuse auprès de mes amis artistes et, pourquoi pas, aux intéressés qui louent les salles sur Saint-Valery !…
    Mille mercis.

  4. Merci à funiculart pour cet article et les aides procurées aux artistes pro du nord pas de calais qui souhaitent trouver de bons lieux pour la visibilité de leurs travails.

  5. Pingback: Les lieux d’exposition, Jean-Marc Bourgeois nous éclaire : | Funiculart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *